8 fév 09 Trois articles de la Voix du Nord

 Dimanche 08.02.2009, 04:48

La coopération mise en place entre Lillois et Naplousis doit permettre la création d’activité économique.naplousevoixdunord.bmp

Soigner, former et même customiser : Lille apporte à Naplouse une aide variée

Dernier jour à Naplouse, hier, avant de rejoindre Haïfa en Israël. L’occasion pour la délégation lilloise, emmenée par Marie-Pierre Bresson et Martine Filleul, de faire le point sur les coopérations économiques et hospitalières du présent et du futur.

À NAPLOUSE, EMMANUEL CRAPET

8 fév 09 Trois articles de la Voix du Nordlille@lavoixdunord.fr Une vue plongeante, depuis le Mont des oliviers, sur l’Esplanade des mosquées ; cette gigantesque photo occupe un mur complet dans le bureau de Rami Hamdallah, président de l’université An-Najah de Naplouse. En compagnie de Marie-Pierre Bresson et de Martine Filleul, le professeur a, hier matin, tiré un premier bilan de la convention qu’il a signée avec la municipalité lilloise. Ce partenariat a, par exemple, permis à trois jeunes Palestiniens de parfaire leur formation à Lille : l’un enseigne l’arabe aux enfants, les deux autres, élèves infirmiers, sont en stage au CHRU. D’autres passerelles seront ouvertes dans les mois qui viennent. « J’ai suivi, grâce à la télévision, l’émotion qui a été celle des Lillois au moment de l’intervention militaire israélienne sur la bande de Gaza  », a également souligné Rami Hamdallah.

La coopération hospitalière est l’un des premiers leviers sur lequel la ville de Lille a appuyé ; et la prochaine priorité sera de faire en sorte que la santé mentale ne soit plus le parent pauvre de l’enseignement universitaire. Rien qu’à Naplouse, on recense au moins 3 000 victimes ayant besoin d’un accompagnement psychosocial : les images de Gaza sous les bombes ont ravivé les traumatismes nés de la deuxième Intifada et les incursions militaires israéliennes font toujours partie du quotidien de la population. « Vendredi soir, deux maisons ont été détruites et deux personnes arrêtées », soupire Bassam Helou, vice-gouverneur de Naplouse. Ce mal que l’on ne voit pas, les Palestiniens ne sont pas encore armés pour le soigner.

Transports en calèche

En matière économique aussi, Lillois et Palestiniens ont profité de la journée d’hier pour balayer les champs du possible. Il y a des initiatives qui ont déjà trouvé une traduction concrète. Sous l’impulsion de la mission locale de Lille, et financé par le consulat, un centre d’aide aux projets a ouvert ses portes à Naplouse. Il a permis à huit jeunes d’aller au bout de leurs idées : l’un voulait ouvrir une boutique pour customiser des jeans, un autre acheter un cheval pour assurer les transports en calèche… ils sont maintenant chefs de leur micro-entreprise.

Après deux jours passés à Naplouse, la délégation lilloise prend aujourd’hui la direction d’Haïfa, pour dégager d’autres lignes de force, en coopération avec les Israéliens cette fois. •

ZOOM

Politiquement (in)correct

En décembre 2005, Adly Yaish devenait maire de Naplouse avec 74 % des voix. C’était les premières élections démocratiques, le maire étant auparavant, désigné par l’Autorité Palestinienne. Mais ce qui est sorti des urnes n’a pas été perçu par l’Union européenne comme une avancée démocratique : si son slogan de campagne était « Naplouse pour tous », cette liste était aussi celle du Hamas.

Ce parti, à la différence du Fatah ne reconnaissait pas l’état d’Israël, l’Europe ne veut pas des représentants du Hamas parmi ses interlocuteurs ; une ligne directrice suivie par le gouvernement français. C’est donc une rencontre officieuse qui a eu lieu, hier, dans un jardin ombragé de la vieille ville, entre la délégation lilloise et le maire de Naplouse (elle avait reçu l’aval du consulat général de France mais ne devait pas avoir lieu en mairie) L’occasion pour Adly Yaish, qui était en rétention administrative, l’été dernier, lors de la dernière mission lilloise à Naplouse, de rappeler combien ses administrés souffrent de « l’enfermement » dicté par les Israéliens.

Lille, capitale européenne

Lille sera, vendredi et samedi prochains, à nouveau une capitale européenne ; non plus celle de la culture, comme en 2004, mais celle des villes jumelées avec Naplouse. C’était un engagement pris dès l’été dernier que de rassembler, au sein d’un même réseau, les collectivités territoriales d’Europe qui ont noué des liens étroits avec celle qui fut la capitale économique de la Palestine – c’était avant l’embargo imposé par Israël. Cet « EuroNaplouse » qui devra mutualiser  les moyens mis en place pour aider la cité palestinienne, rassemble Naples, Dundee, Stavanger, Barcelone, ainsi que les régions de Toscane et de Campanie. EM. C.

Laisser un commentaire




Les Amis des Sentiers |
AMICCA |
"LE JOURNAL D'AÏDA" |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Françamérique
| CLUB AGIR-DECLIC Blagnac-Co...
| Les Secouristes Français Cr...