2 aout 2010 « Equipements : le « paradoxe » de Naplouse » Voix du Nord

Lille-Naplouse : plus de 3 000 kilomètres qui les séparent et une vague, très vague idée, de ce à quoi peut ressembler cette ville de Cisjordanie. …

Alors, imaginer le gymnase où a eu lieu la formation de football encadrée par Abd-Elbasset Abaidia relève quasiment de l’impossible. Sauf si on nous met sur la piste : « C’était un gymnase comme on peut en imaginer partout en Europe, sauf que le sol était en béton. Sur le terrain, il y avait les tracés des terrains de basket, de volley, de handball, de foot. Il y a aussi un coin culture avec une grande bibliothèque, des salles pour les animations et même une salle de musculation dernier cri », détaille Abd-Elbasset. « C’est le paradoxe de Naplouse », renchérit Marc Leblanc, secrétaire de l’association Amitié Lille-Naplouse, qui s’est déjà rendu sur place à plusieurs reprises.

2 aout 2010  Une image trompeuse

« Ils ont construit un stade synthétique dernière génération et dans le même temps, les jeunes du club de football d’Hitteen s’entraînent dans une cour d’école en béton », explique-t-il. Au gré des financements par l’aide internationale, certains projets peuvent en effet bénéficier de subventions très importantes et provoquer de forts contrastes avec d’autres endroits moins privilégiés. « C’est trompeur, poursuit Abd-Elbasset, l’université est somptueuse, par exemple. Et si on reste cloisonné dans certains endroits, on peut ne pas trop sentir la situation d’occupation. Pourtant, dès qu’on sort de Naplouse, on voit les soldats, les colonies. » Mais au milieu de ces contrastes trompeurs, une chose reste immuable : à Naplouse, comme à Lille, le football reste l’un des sports plébiscités.

C. D

Laisser un commentaire




Les Amis des Sentiers |
AMICCA |
"LE JOURNAL D'AÏDA" |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Françamérique
| CLUB AGIR-DECLIC Blagnac-Co...
| Les Secouristes Français Cr...