QUSRA

14022017

L’armée d’occupation israélienne ordonne la destruction de deux maisons, un puits et deux bâtiments agricoles au sud du village

L’étreinte sioniste se resserre un peu plus à Qusra : l’administration israélienne a « déposé » de nouveaux ordres de destruction.
Comme vous pouvez l’observer sur la photo, ces documents officiels israéliens destinés aux habitants du village sont laissés à même le sol, sous des pierres.
Les propriétaires ont quelques jours pour tenter de « faire appel » du jugement de l’occupant.

16708724_1641878162518830_8095139161790639669_nPour mieux comprendre la situation de Qusra voici ci-dessous la carte de la région de Naplouse. En bas de la carte*, Qusra, un des petits ilôts entourés de la Zone C (sous contrôle israélien en bleu) et de ses colonies israéliennes (en grenat)

Ocha2015 Naplouse001

Carte extraite de l’Atlas Humanitaire 2015 d’OCHA-opt (Nations Unies) http://www.ochaopt.org/content/humanitarian-atlas-2015

A lire aussi, sur le site de l’Association France Palestine Solidarité  : « Les mauvais voisins des bergers de Qusra« 




La Palestine à l’ONU : la France doit maintenant la reconnaître comme Etat

5122012
La Palestine à l'ONU : la France doit maintenant la reconnaître comme Etat dans Edito dsc00277-copie1-300x200

Photos de la manifestation qui a eu lieu à Naplouse jeudi dernier

(Photos ALN)

dsc00280-300x225 francophonie dans Editodsc00278-300x225 Naplouse

dsc00268-300x225 ONU

dsc00266-300x225

dsc00277-300x225
A Naplouse jeudi 29 novembre

La Palestine membre observateur à l’ONU :

la France doit maintenant la reconnaître comme Etat

Positionnement de la Plateforme des ONG françaises pour la Palestine

Paris le 05 décembre 2012,

La Plateforme des ONG françaises pour la Palestine salue le rehaussement du statut de la Palestine aux Nations unies. Il s’agit d’un acte politique fort qui renforcera sa position au niveau international. La France doit soutenir ce nouveau statut en exigeant d’Israël la fin de la colonisation. Elle doit enfin assumer son engagement de reconnaître l’Etat palestinien.

Ce nouveau statut permet maintenant à l’Etat palestinien de pouvoir s’adresser à la communauté internationale, en intégrant différentes agences internationales, dont l’ Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) ou l’Organisation mondiale de la santé (OMS), et ayant maintenant la possibilité de saisir la Cour pénale internationale (CPI).

Ce rehaussement du statut de la Palestine a bénéficié d’un large soutien international, sur lequel  les dirigeants palestiniens peuvent s’appuyer pour intégrer la scène internationale.

La décision française de voter en faveur, qui a joué un rôle dans le positionnement de la majorité des Etats européens, est à saluer. Elle entraine des responsabilités :

La France a émis des réserves sur une possible saisine de la CPI car, selon elle, une telle démarche nuirait aux négociations avec Israël dont la France, pourtant opposée à la colonisation israélienne illégale en Cisjordanie, demande la reprise sans conditions. Cette réserve n’est pas acceptable. La saisine est un droit pour tous les Etats membres de l’ONU, observateur ou membre à part entière.

Les Palestiniens ont besoin du soutien français et international. Les mesures de représailles annoncées par Israël (3 000 nouveaux logements dans la zone de colonies à l’Est de Jérusalem et rétention des taxes douanières dues à l’Autorité palestinienne, d’un montant de 92 millions d’euros) à l’issue du vote des Nations unies, malgré la pression diplomatique internationale sont autant d’occasion de prendre des sanctions vis-à-vis d’Israël. Pour que cesse la colonisation et le blocus de Gaza, conditions impératives pour l’indépendance du peuple palestinien.

Il appartient enfin à la France d’assumer pleinement sa « position constante » de « reconnaître l’État palestinien » selon la déclaration de Laurent Fabius. A ce jour 132 Etats ont explicitement reconnu l’Etat de Palestine. La France n’en fait pas encore partie. Le vote de la France est un premier pas mais pas une reconnaissance formelle. Celle-ci répondrait ainsi aux voeux de la grande majorité des Français qui demande cette reconnaissance, pour laquelle le mouvement de solidarité s’est largement mobilisé ces deux derniers mois et continuera de le faire.




L’ONU DÉNONCE LE DÉPLACEMENT FORCÉ DE PALESTINIENS PAR ISRAËL EN CISJORDANIE

27012012

L'ONU DÉNONCE LE DÉPLACEMENT FORCÉ DE PALESTINIENS PAR ISRAËL EN CISJORDANIE dans Cartes atlas-humanitaire-OCHA Le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA) vient de publier un   Humanitarian Atlas  Vous y trouverez de nombreuses cartes des localités palestiniennes ainsi que des cartes thématiques comme par exemple celle sur la violence des colons.

CISJORDANIE New York, Jan 26 2012 5:50PM Le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA) a publié jeudi un rapport qui montre que l’an dernier 1.100 Palestiniens, dont plus de la moitié étaient des enfants, ont été déplacés de façon forcée et ont vu leurs maisons démolies par les forces d’;occupation israéliennes. Cela représente une augmentation de 80% par rapport à l’;année précédente.

 

Le rapport intitulé « Démolitions et déplacements forcés dans la Cisjordanie occupée » ajoute que 4.200 personnes ont été affectées par la destruction de leurs moyens de subsistance. Selon le rapport, les forces israéliennes ont détruit 622 structures palestiniennes, dont des maisons, des abris pour animaux, des écoles et des mosquées.

 

60% des structures démolies se trouvaient dans des zones que les forces d’;occupation ont allouées à des colons israéliens. Le rapport ajoute que 90% des démolitions et 92% des déplacements forcés ont eu lieu dans des zones habitées par des communautés d’;agriculteurs et d’;éleveurs déjà très vulnérables dans le territoire connu sous le nom de « zone C », qui couvre 60% de la Cisjordanie sous contrôle total d’;Israël.

 

« Le déplacement forcé de familles palestiniennes et la destruction de logements et de propriété appartenant à des civils par les forces israéliennes en Cisjordanie, y compris à Jérusalem-Est, a un impact humanitaire considérable », met en garde le rapport en ajoutant que l’;impact sur le bien-être psycho-social de ces familles peut être « dévastateur ».

 

Le rapport souligne qu’;Israël, en tant que force d’;occupation en Cisjordanie, a l’;obligation de protéger les civils palestiniens et d’;administrer le territoire selon leurs intérêts.

 

Lors de sa visite en Israël et dans les Territoires palestiniens occupés en mai 2011, la Secrétaire générale adjointe de l’;ONU aux affaires humanitaires, Valerie Amos, avait exhorté Israël à mettre fin à sa politique d’;expulsions et à prendre en compte les conséquences humanitaires des démolitions et des déplacements forcés en Cisjordanie.

 

Jan 26 2012 5:50PM







Les Amis des Sentiers |
AMICCA |
"LE JOURNAL D'AÏDA" |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Françamérique
| CLUB AGIR-DECLIC Blagnac-Co...
| Les Secouristes Français Cr...