Août 2012 : 4660 prisonniers palestiniens

Voici des informations très précises communiquées par « Baladi » et reprise par le site Assawra

Le dernier rapport du ministère chargé des prisonniers palestiniens détenus dans 17 prisons et centres de détention, dévoile que 4660
résistants attendent leur libération. Parmi ceux-ci, 3822 prisonniers de  Cisjordanie, 449 de la bande de Gaa, 152 de la ville occupée d’al-Quds  et 206 des territoires occupés en 1948, et 31 prisonniers portent une des nationalités arabes.

Pami les prisonniers, 528 prisonniers sont condamnés à la perpétuité par les tribunaux de la colonie sioniste occupante, 449 prisonniers sont  détenus depuis plus de 20 ans, le plus ancien étant le résistant Karim  Younes, de ‘Ara, en territoires occupés en 48 ; 466 prisonniers sont détenus depuis plus de 15 ans et moins de 20 ans, et 678 prisonniers  sont détenus depuis plus de 10 ans et moins de 15 ans.

Parmi les prisonniers, 250 sont des détenus administratifs, dont 17 députés du conseil législatif, et 211 sont des enfants de moins de 18
ans. 9 prisonnières sont toujours détenues, la plus ancienne étant la résistante Lina Jarbouni, des territoires occupés en 48.

En Cisjordanie, la province de Nablus occupe la première place quant au nombre des prisonniers, avec 770 prisonniers, puis la province
d’al-Khalil, avec 753 prisonniers, puis celle de Jénine, avec 569 prisonniers puis de Bethléhem, avec 345 prisonniers.

2189 prisonniers font partie du mouvement Fateh, et 1107 prisonniers du mouvement Hamas. 434 prisonniers sont membres du mouvement du Jihad islamique, 249 du Front Populaire de Libération de la Palestine, et 47 du Front Démocratique, et 146 prisonniers s’affichent indépendants.

113 prisonniers sont détenus avant les accords d’Oslo en 1994, 60 d’entre eux sont de Cisjordanie et 28 de la bande de Gaza, 10 de la
ville d’al-Quds et 14 des territoires occupés en 48. 203 prisonniers sont tombés martyrs pendant leur détention ou juste
après leur libération, à cause de la torture, de la négligence médicale,  ou bien leur assassinat après leur arrestation. Le martyr Zuhayr Labada  de la ville de Nablus est le dernier prisonnier décédé à cause de la négligence médicale.
1200 prisonniers sont gravement malades et ne reçoivent aucun traitement  approprié, et les conditions de détention restent inhumaines, malgré les rapports d dénonciation de divers organismes internationaux. Parmi les prisonniers malades, 20 sont détenus en permanence dans la prison de  Ramlé, où se trouve ce qui fait office d’hôpital.

La détention administrative, sans cesse renouvelée, reste une des formes de détention dont souffrent le plus les Palestiniens, parce
qu’elle est arbitraire et son renouvellement ne dépend que des services de renseignements sionistes. Plusieurs prisonniers, suite au sheikh
Khodr Adnan, ont mené une grève de la faim pour mettre fin à leur détention arbitraire, et ont remporté une victoire sur l’occupant qui
fut obligé de les libérer. Khodr Adnan, Bilal Diab, Thaer Halahla, Jaafar Izzidine, Umar Abou Shalal, Hassan Safadi et Hana’ Shalabi ont dû  menacer une grève de la faim de plus de deux mois, pour exiger leur libération ou le non renouvellement de leur détention. L’accord du 14 mai 2012 entre les autorités sionistes et la direction des prisonniers a  été maintes fois violé par les sionistes, et Hassan Safadi, qui devait être libéré, est toujours en détention. Il mène à nouveau une grève de la faim, depuis le 21 juin 2012, ainsi que le prisonnier Samer Barq, qui  a commencé la bataille le 22 mai 2012. Leur état de santé est très critique, d’autant plus qu’ils sont fréquemment battus et mis sous pression pour qu’ils cessent leur mouvement de grève.

Les autorités de l’occupation ont également violé l’accord qui a permis la libération de 1022 prisonniers et prisonnières au mois
d’octobre dernier (2011), en arrêtant plusieurs des prisonniers libérés qui vivent en Cisjordanie et al-Quds. Ayman Sharawna, Iyad Abou Fonoun, Ibrahim Abou Hajle, Samer Issawi, Moawiya Amer, Yousseef Ishtiwi, Ayman Abou Daoud, Mohamad Masalha sont des prisonniers libérés récemment arrêtés et détenus par l’occupation.

La répression dans les prisons est de plus en plus fréquente, puisque 103 incursions des forces spéciales dans diverses prisons ont été
enregistrées depuis la libération des 1022 prisonniers et prisonnières. La brutalité et la sauvagerie des forces spéciales s’est exercée contre
les prisonniers en grève ou contre les résistants dirigeants, et les  pratiques humiliantes se poursuivent (les fouilles à nu) malgré les
protestations des centres de défense des prisonniers.

Deux prisonniers sont toujours en isolement, Awad Sa’idi et Darar Sissi, alors que le mouvement de grève de la faim des prisonniers a
réussi à mettre fin à l’isolement de plusieurs dirigeants, au mois de mai dernier.

La mobilisation pour faire libérer les prisonniers palestiniens doit reprendre. Parce qu’ils sont résistants ou juste accusés de refuser
l’occupation, ils méritent notre soutien et nos efforts.

(Août 2012 – « Baladi »)

Laisser un commentaire




Les Amis des Sentiers |
AMICCA |
"LE JOURNAL D'AÏDA" |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Françamérique
| CLUB AGIR-DECLIC Blagnac-Co...
| Les Secouristes Français Cr...