4 mars 2010 : « Plus qu’un jumelage » Nord Eclair

4 mars 2010 :

C’est une véritable coopération que Lille mène à Naplouse. Economie, santé, musique :
les domaines où l’on permet le développement de la ville palestinienne sont à la fois vastes
et concrets.

Et tant pis si cela contrarie d’autres points de vue politiques…
JULIA MÉREAU > julia.mereau@nordeclair.fr
Il y doit y en avoir pour penser que Lille ne devrait même pas tendre la main à Naplouse, sa soeur jumelle en Palestine. Et puis il y a ceux qui, à l’inverse, voudraient que Lille ne se préoccupe que de Naplouse. Ainsi Jean-François Larosière, le président de l’association France-Palestine Solidarité, qui ne s’est pas privé de le dire lors d’un comité de jumelage Lille-Naplouse, mardi soir, en mairie.
« Notre association refuse la coopération de la ville de Lille avec Safed et Haïfa (ndlr, des villes israéliennes) ! Il y a encore eu trois martyrs à Naplouse récemment : la ville de Lille devrait avoir une intervention claire ! » Pas facile mais en l’occurrence, la ville n’a fermement pas l’intention de revenir sur les contacts qu’elle a établit avec les villes de Safed et d’Haïfa en Israël. Ce jumelage avec Naplouse n’a pas vocation à contenter. Il est éminamment politique. « Quand on aide Naplouse, notre propos n’est pas d’améliorer le confort de l’occupation. Mais bien de permettre le développement de cette ville, avec cette optique qu’à terme existe un Etat palestinien à côté d’un Etat israélien », a rappelé Marie-Pierre Bresson, adjointe à la Solidarité internationale. Et de préciser : « aucune relation économique n’existe entre Lille, Safed et Haïfa.
Pour le moment, il s’agit pour nous d’aller promouvoir aussi la paix dans la société israélienne ». Tout en se mouillant pour Naplouse : « aucune ville de France ne fait ce que Lille fait pour Naplouse. Après, libre aux associations de penser ce qu’elles veulent ».
Ainsi la Ville de Lille entend-t-elle poursuivre cette coopération, avec d’autant plus de volonté qu’elle a récemment recruté une Correspondante technique permanente pour Naplouse. Celle-ci travaillera avec Ayman W. Alshakaa, un Nablusis qui oeuvre déjà pour la Ville de Lille, en tant que référent et porte-parole. La correspondante sera chargée de suivre les projets engagés par la Ville, ou dans lesquels elle apporte son soutien. Ainsi le dispensaire, créé par l’ONG Help Doctors en 2006, dans la Vieille ville de Naplouse. Cet espace accueille aujourd’hui plus de 3500 patients par an, dont la moitié sont des enfants, le quart des femmes, et le dernier quart des jeunes de moins de 15 ans. Dans ce même registre, le Dr Régis Garrigue a confirmé, mardi soir, la création d’un diplôme spécialisé dans la médecine d’urgence, reconnu par le Conseil médical palestinien. Les médecins palestiniens seront formés sur place. Du jamais vu : d’ordinaire, les médecins viennent se former en Europe…

« Ce sont nos amis »
Par ailleurs, mardi soir, en comité de jumelage, on a acté le départ en avril, d’une cinquantaine de Lillois mobilisés pour Naplouse. Ils appartiennent à la société civile, ils sont enseignants pour la plupart ou retraités, et ou musiciens. Certains iront pour mettre en place des projets avec des écoles, des jeunes musiciens ou encore des clubs sportifs. L’association Amitiés Lille-Naplouse est l’une des chevilles ouvrières de ces liens qui se nouent, outre les élus. Et qui ont fait dire à des chefs d’entreprises palestiniens (lire ci-dessous) : « à Lille, nous sommes ici chez nous, ce sont nos amis ». w
 

Les rédactions de Nord Eclair

Laisser un commentaire




Les Amis des Sentiers |
AMICCA |
"LE JOURNAL D'AÏDA" |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Françamérique
| CLUB AGIR-DECLIC Blagnac-Co...
| Les Secouristes Français Cr...