Colonisation et entraves à la circulation en Cisjordanie : le bulletin OCHAopt de septembre

UNITED NATIONS

Office for the Coordination of Humanitarian Affairs

occupied Palestinian territory

       MoveMent and access in the West Bank

http://www.ochaopt.org/documents/ocha_opt_MovementandAccess_FactSheet_September_2011.pdf

pour un document plus complet mais en anglais, consulter http://www.ochaopt.org/documents/ocha_opt_movement_and_access_report_august_2011_english.pdf

EN BREF

* 522 barrages routiers et points de contrôle (check points) entravent les mouvements des Palestiniens en Cisjordanie contre 503 en juillet 2010.

*Jusqu’à ce jour, en 2011, 495 points de contrôle volants supplémentaires ont entravé chaque mois (en moyenne) les mouvements autour de la Cisjordanie, contre 351 les deux années précédents.

* 200,000 personnes de 70 villages sont forcées de faire des détours entre deux à cinq fois plus longs que le parcours direct jusqu’à la ville la plus proche en raison de ces restrictions de mouvement.

*Une ou plus des entrées principales sont interdites au trafic palestinien dans dix des onze villes principales de la Cisjordanie.

*Les Palestiniens ayant des Cartes d’identité cisjordaniennes doivent avoir des visas d’entrée pour pénétrer dans Jérusalem Est et n’ont accès qu’à quatre des 16 points de contrôle le long de la « frontière » (Mur).              

*62 pour cent du Mur sont achevés, avec 80 pour cent du parcours du Mur construit à l’intérieur de la Cisjordanie, limitant très  fortement l’accès aux secteurs derrière le Mur.

*Quatre des cinq routes de la Vallée de la Jordanie ne sont pas accessibles à la plupart des véhicules palestiniens.

*Presque 80 pour cent des terres dans la Vallée de la Jordanie sont interdits aux Palestiniens, car réservées aux implantations israéliennes,  les zones de tirs (entrainement ?) et les réserves naturelles.

*122 barrages coupent la Vieille Ville de Hébron du reste de la ville.

*L’accès des Palestiniens à leurs propres terres est fortement limité autour de 55 implantations israéliennes.

1/La population civile des territoires palestiniens occupés doit pouvoir jouir des droits élémentaires garantis selon la loi internationale, y compris le droit de la liberté de mouvement et le choix de résidence, aussi bien que le droit d’un niveau de vie adéquat, le logement adéquat et l’accès à l’éducation et aux services médicaux. Les autorités israéliennes doivent faciliter le mouvement des civils en supprimant des points de contrôle et des obstacles non nécessaires à « leur sécurité ».

2/La plupart des restrictions de mouvement dans la Cisjordanie ont été mises en place après la deuxième intifada en septembre 2000 comme des mesures provisoires pour contenir la violence palestinienne. La majorité d’entre ceux-ci est restée en place malgré une amélioration significative de la situation de sécurité et la coopération rapprochée entre les forces de sécurité de l’Autorité palestinienne et d’Israël.

3/Malgré les améliorations des trois dernières années, les Palestiniens sont toujours confrontés à des difficultés pour accéder aux centres urbains principaux de la Cisjordanie. La majorité du trafic palestinien est redirigée vers des routes secondaires et souvent de qualité inférieure pénalisant leur accès aux services et à leurs moyens d’existence.

4/L’accès à Jérusalem-Est est sévèrement limité par le Mur, des points de contrôle et un système de « visa ». Cette situation a un impact particulièrement négatif sur les patients et le personnel médical, qui a besoin d’accéder aux six hôpitaux spécialisés à Jérusalem- Est, privant de services le reste des Territoires Occupés. Ce système empêche aussi l’accès à des lieux de culte musulmans et chrétiens dans Jérusalem-Est.

5/L’accès palestinien aux grandes zones rurales dans la Cisjordanie est limité par des obstacles physiques et des exigences administratives. Ceci inclut les secteurs situés entre le Mur et la Ligne Verte, la Vallée du Jourdain (30 pour cent de la Cisjordanie) et les terres agricoles près d’implantations israéliennes, avec un impact sévère sur l’accès à leurs moyens d’existence et aux services de base.

6/ La plupart des restrictions de mouvement imposées aux Palestiniens aspirent à protéger les 500,000  colons israéliens vivant dans des implantations établis en violation du droit humanitaire international, à sécuriser les terres pour l’expansion des implantations et accroître leurs connexions avec Israël.

Laisser un commentaire




Les Amis des Sentiers |
AMICCA |
"LE JOURNAL D'AÏDA" |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Françamérique
| CLUB AGIR-DECLIC Blagnac-Co...
| Les Secouristes Français Cr...