Nord Littoral « Amitié Calaisis Palestine organise une conférence demain soir au Channel » Mardi 20 novembre 2012

Vie locale Témoignages d’une « occupation »

Nord Littoral Un raid israélien dans la banlieue de Naplouse au printemps 2011.

Demain soir, l’association Amitié Calaisis Palestine organise une conférence au Channel sur la situation en Cisjordanie. Deux maires de communes proches de Naplouse viendront témoigner de la vie au quotidien des Palestiniens en territoires occupés.
Abdelatheem Owda et Sami Awad sont les élus de Qusra et d’Awarta. « Ces deux villages sont distants de quelques kilomètres mais plusieurs postes de contrôle de l’armée israélienne rendent le trajet long et compliqué », détaille Françoise Lurot, responsable de l’association de soutien calaisienne.
Un pays sous tension Suite à l’opération « Plomb durci » des Israéliens sur la bande de Gaza fin 2008, la Calaisienne s’intéresse aux événements qui se produisent en Palestine. « Le docteur Albarqawi était parti en mission humanitaire. Lors de son retour à Calais, il a ramené des photos parlantes de Palestine. Il a raconté avoir pratiqué beaucoup d’amputations », se souvient Françoise Lurot. Une médecine de guerre donc.
L’esprit de l’association reste « purement humanitaire. Il n’y aucune connotation politique ou religieuse ».
Depuis, Amitié Calaisis Palestine milite pour faire connaître les conditions de vie des Palestiniens qui cohabitent difficilement avec les colons de l’état hébreu. La conférence de demain veut interpeller les occidentaux sur cette « occupation ». « La vie est loin d’être facile. Ils ont besoin d’aide et d’argent là-bas », confie-t-elle. Françoise Lurot a déjà fait deux voyages dans la région. « Un en pèlerinage et un autre pour mieux découvrir le quotidien des Palestiniens. Des enfants habitent à 20 minutes de la mer et n’ont pas le droit d’y aller. Les enfants que nous avons réussi à faire soigner en France on découvert la mer pour la première fois à Calais », s’étonne-t-elle. « Nous ne voulons pas diaboliser l’occupant israélien. Nous voulons juste venir en aide. Tout est fait pour leur rendre la vie compliquée », insiste-t-elle.
Françoise Lurot évoque le mur de séparation de 700 km en cours de construction par Israël autour de la Cisjordanie. « On imagine un mur droit mais ce n’est pas le cas. Il fait des tours et des détours. On observe sur place des situations ubuesques. Par exemple, il y a des Palestiniens qui cultivent des oliviers en face de chez eux. Mais leurs champs sont de l’autre côté du mur de barbelés. Ils doivent faire plusieurs kilomètres pour rejoindre un check point. Là, c’est un peu au bon vouloir et à l’humeur du soldat en poste. Les exploitants peuvent perdre plusieurs journées de récoltes  », explique-t-elle.
Pour faciliter les échanges avec le public, un interprète sera présent pour traduire les propos des élus arabes.
« La conférence s’inscrit également dans le cadre de la semaine de la solidarité internationale ».
La responsable de l’association conclut : « Il faut savoir qu’à ce jour, aucune reconstruction d’habitation ou autre bâtiment n’a été possible. Les expropriations ont toujours lieu ».
Emmanuel CROGNIER Vos réactions sur www.nordlittoral.fr Conférence et échanges mercredi 21 novembre au Channel à 19 h 30. Entrée gratuite.

Laisser un commentaire




Les Amis des Sentiers |
AMICCA |
"LE JOURNAL D'AÏDA" |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Françamérique
| CLUB AGIR-DECLIC Blagnac-Co...
| Les Secouristes Français Cr...