• Accueil
  • > Archives
  • > une cour israélienne déclare le meurtre du professeur Kahled Salah légitime défense.

une cour israélienne déclare le meurtre du professeur Kahled Salah légitime défense.

Publié le 09 août 2010

le professeur Khaled Salah

le professeur Khaled Salah

Tout semblait si plein d’espoir en janvier, quand j’ai rendu visite à Salam, la veuve du professeur palestinien assassiné, Kahled Salah, dans sa nouvelle maison en Amérique. Elle a décrit comment six mois plus tôt, cinq ans après l’agression, elle avait été convoquée devant un tribunal israélien à Jérusalem pour une audience sur la mort de son mari et leur fils de 16 ans, Mohammed. Son espoir était qu’il y aurait bientôt un procès en audience publique.

« Je veux la justice pour Kahled et Mohammed, dit-elle. Je veux que le monde sache ce que les soldats israéliens ont fait. »

Dans les premières heures du 6 juillet 2004, le Dr Salah et son fils adolescent ont été abattus de sang-froid dans leur maison de Naplouse par des snipers israéliens. Plus tôt le soir précédent 1.000 soldats israéliens s’étaient rassemblés pour traquer des combattants connus de la résistance qui avait été repéré dans le voisinage. Mais après qu’ils ont été tués, à un certain moment, l’ordre a été donné de concentrer leurs efforts sur la demeure de Salah.

Naplouse est à la fois une ville de montagne et de vallée, avec une vieille ville de 3000 ans, des marchés modernes et des magasins situés dans la vallée, ainsi que des maisons mitoyennes, des immeubles construits sur le flanc des montagnes jumelles au nord et au sud. La famille de Salah vivait sur la rue Asikka, sur Al-Jabal al-Shamali, la montagne du Nord. Ce soir-là pendant l’été 2004, les médecins vivent au-dessus et en dessous de la famille Salah ont été discrètement évacués pendant que le piège était mis en place contre le professeur et sa famille.

Les voisins ont informé plus tard Salam que la semaine précédente, les forces d’occupation avaient recherché le lieu de résidence de la famille Salah. Le professeur Salah a obtenu son doctorat à l’Université Davis de Californie. Lui et sa femme avaient le statut de résident permanent des États-Unis et deux de leurs enfants sont nés en Californie. Malgré les propositions pour vivre ailleurs, il était retourné en Palestine avec sa famille et avait contribué à la création du Département d’ingénierie de l’université nationale An-Najah, à Naplouse.

Kahled et son fils, Mohammad, était apparu à la télévision israélienne affirmant que les Palestiniens et les Israéliens doivent se battre sur des terrains de football, pas avec des fusils. Kahled n’avait jamais possédé une arme et croyait en la raison, non dans la violence. C’était un militant de la paix connu qui avait toujours souhaité que ses enfants puissent vivre en paix. Mais il avait le pressentiment qu’il partageait avec Salam qu’il serait victime de l’occupation.

Six mois jour pour jour après l’attaque, Salam, avec sa fille et un jeune fils qui a survécu à l’attaque, avaient emménagé avec sa mère pour échapper aux souvenirs qui la hantent jusqu’à ce jour. Mais ce jour en janvier 2005, Salam m’a conduit à l’appartement où ils avaient vécu en paix. Sa maison avait été son orgueil et sa joie. L’heureux couple était tombé amoureux au collège et avait investi dans les tapis faits à la main et carreaux de céramique et d’autres petits luxes pour atténuer les difficultés de leur vie sous l’occupation. Maintenant, le sang imbibe les tapis enroulés. Les tireurs d’élite israéliens qui s’étaient postés sur les toits et les balcons autour de l’appartement sont entrés, après le meurtre et ont saccagé sa maison. La cuisine, les chambres, la salle de bains et la salle de séjour ont été arrosées par des tirs de mitrailleuse. Les vêtements ont été déchiquetés et les casseroles ont été transformées en passoires.

Salam décrit cette nuit d’horreur lorsque la porte d’entrée en métal a été soudée par la chaleur des missiles tirés par des chars et des hélicoptères de combat. Elle m’a montré l’endroit où la famille blottie dans l’obscurité effectuait des appels téléphoniques implorant que cela cesse. Elle m’a montré la fenêtre de sa chambre. Elle était ouverte cette nuit-là lorsque le son mari tentait de négocier pour sauver leur vie avant d’être abattu. Mohammad se précipita hors de la protection de leur cachette pour aider son père mourant. Des coups de feu et le fils bientôt avait rejoint son père dans la mort, alors que Salam les tenait dans ses bras. Elle a négocié avec les soldats pour permettre à ses voisins, des médecins, de venir en aide à son mari mourant et à son fils, afin de permettre aux ambulances de venir sur les lieux pour les emmener à l’hôpital. Ils se sont moqués d’elle et sa demande a été rejetée, jusqu’à ce qu’ils aient été déclarés morts.

Finalement, un juge israélien a ordonné une audience sur les circonstances de leur décès. Le tribunal a fixé l’audience exactement au jour du cinquième anniversaire du massacre. Malgré l’angoisse du souvenir et le désespoir, Salam a estimé que la justice au bout du compte serait au rendez-vous. Elle a voyagé en Palestine pour retrouver sa fille qui vit encore à Naplouse. Même avec l’ordonnance du tribunal en main, il a fallu trois tentatives avant qu’elles soient autorisées à passer par les barrages pour se rendre à Jérusalem. Mais elles ont finalement pu s’y rendre et ont témoigné devant le juge, n’omettant aucun détail sur l’attaque brutale.

J’ai récemment appelé Salam pour la saluer et je lui ai demandé si elle n’avait pas de nouvelles de son avocat. Sa voix était remplie de désespoir. Le tribunal s’est réuni deux fois depuis sa visite et sa demande de procès a été refusée. « Ils affirment que les soldats ont agi en légitime défense, dit-elle. Ils avaient trop de victimes. »

« Comment cela peut-être-un millier de soldats contre des civils désarmés », demandai-je.

« On m’a dit un soldat israélien est mort dans le raid, et qu’il était juste que les Palestiniens dussent mourir aussi », a expliqué Salam d’une voix monocorde. Elle était visiblement épuisée par l’épreuve.

« Mais votre mari et son fils n’avaient rien à voir avec les combattants de la résistance, dis-je interloqué. Alors, qu’est-ce que vous comptez faire ? »

« Comment puis-je obtenir justice, si je ne peux l’obtenir lors d’un procès? » a demandé Salam. « Israël a tous les pouvoirs. Il s’agit d’une forme de torture – ce qu’ils me font. Mais je n’abandonnerai pas. J’ai l’intention de faire appel. Je continuerai à me battre jusqu’à ce que justice soit rendue pour Kahled et Mohammed, a-t-elle déclaré avec insistance.

Genevieve Cora Fraser, une militante des droits de l’homme et de l’environnement, est l’auteur du livre qui sortira bientôt Palestine: Waiting by Lazarus’ Tomb, un recueil de poèmes

source : voices of people

traduction : Julien Masri

Laisser un commentaire




Les Amis des Sentiers |
AMICCA |
"LE JOURNAL D'AÏDA" |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Françamérique
| CLUB AGIR-DECLIC Blagnac-Co...
| Les Secouristes Français Cr...