“ TO EXIST IS TO RESIST“(5)… HAMAD

21 02 2012

 “ TO EXIST IS TO RESIST“(5)… HAMAD dans To exist is to resist hamad-300x200

Le rêve  d’Hamad était d’aller en France. Grâce à Amitié Lille Naplouse et Project Hope, il a pu passer deux semaines à Lille, en juin 2010, accompagnant en tant qu‘interprète les jeunes footballeurs du club Hitteen de Naplouse. Il a préfèré Lille à Paris, cette capitale  “ trop compliquée ” et où les gens semblent toujours pressés et inattentifs aux autres, “ ce n est pas comme Lille où les gens sont chaleureux”. Il a eu froid au bord de la mer du Nord, “ il y avait un vent grave “‘. Il a tant aime sortir en ville la nuit, “ pas de check-point, pas de soldats, toute la liberté…..”. Il n’a pas eu de problème avec la nourriture française, contrairement aux enfants qui n’ont pas aimé.

Hamad se réjouit de retrouver la France bientôt , en septembre prochain, si sa candidature à un poste d’assistant d’arabe, qui a été retenue par le Consulat de France, est définitivement acceptée. Son premier vœu est Lille. Il attend de cette expérience d’améliorer d’abord son niveau de français mais aussi d’avoir la possibilité de poursuivre ses études en master de relations internationales et sciences politiques. Il aimerait travailler ensuite au ministère des Affaires étrangères ou au Consulat français, en Palestine. Il dit bien qu’il s agit  d’un “ projet et non d’un rêve ”.

Pour l’heure, il est étudiant, en 4ème année, au département de  français de l’Université An Najah, à Naplouse. Le choix du français vient de loin… de la victoire dela France à  la coupe du monde de football en 1998, Hamad avait à peine dix ans !

C’était un défi que d’apprendre cette langue  qu’il n’avait jamais entendue, comme il a pratique pendant quatre ans le karaté parce que c’était réputé difficile et alors que ses amis choisissaient le foot.

Les premiers cours de français furent une “ souffrance “ et le premier semestre fut si difficile  qu’il abandonna. Mais le hasard lui fit rencontrer Hakim, directeur de Project Hope, originaire du même village par ailleurs,  mais ils ne se connaissaient pas. Hakim lui fit connaitre le CCF (centre culturel français) où il s’inscrivit pour se remettre au français et, en septembre 2008, il réintégrait le département de français à la faculté.

En deuxième année de fac, il devient, parmi ses amis qui le suivront, le premier volontaire à Project Hope.

Project Hope a élargi son horizon, “ avec les volontaires internationaux qui font découvrir le monde sans sortir de Palestine “ mais il ressent d autant plus la grande injustice qui est faite aux Palestiniens empêchés de voyager librement, y compris dans leur propre pays !

C’est avec les volontaires internationaux qu’ il est rentré pour la première fois dans un camp de réfugieés et cela a changé son opinion qui n’était jusqu’alors pas positive.

Hamad n’est pas un nabulsi (habitant de Naplouse), il a grandi et vit toujours à Awarta, “ village “ de 7000 habitants à sept kilomètres de Naplouse. Celui-ci est cerné par la colonie Itamar - tristement réputée pour l’extrémisme de ses habitants – et par une base militaire israélienne, les habitants sont ainsi bien “contrôlés”… le quartier, peu dense, où habite la famille de Hamad jouxte la route principale qui relie le camp militaire à la colonie, c’est dire si l’occupation est une réalité tangible et est devenue une “ habitude “, avec ses arrestations, bouclages, particulièrement lors de la deuxième Intifada, Hamad avait onze ans…

Awarta compte trois mosquées, quatre écoles ( du primaire au baccalauréat), non mixtes, un petit dispensaire, un conseil de village et le tombeau du prophète Abu Ozer (alias Eleazar, fils de Aaron, donc neveu de Moïse… à vos bibles ! ), revendiqué par les Israéliens. Les occupants n’autorisent aucune construction dans le village, celles qui sont faites, malgré tout, sont donc illégales et susceptibles d’être rasées !

 Les habitants vivent principalement de l’agriculture (oliviers) et de nombreux fonctionnaires travaillent en ville. Le père de Hamad, qui a épousé sa cousine,  a beaucoup « roulé sa bosse », il fut professeur d’histoire a Amman, en Jordanie, a travaillé deux ans dans une entreprise de pétrole en Arabie Saoudite, il a aussi travaillé en usine en Israël avant qu’Israël ne soit fermée aux travailleurs palestiniens. Aujourd’hui, à la retraite,  il élève des moutons et  s’occupe de son beau jardin, rempli de fleurs et  d’arbres fruitiers généreux en amandes, abricots, avocats, citrons, oranges, pamplemousses en sus des raisins et olives, “ un petit coin de paradis

 En mai 2011, Awarta fut tragiquement célèbre après l’assassinat de la famille Fogel dans la colonie d’Itamar. Le village fut bloqué et investi pendant dix jours par l’armée israélienne. Quand les soldats faisaient irruption, le plus souvent la nuit, pour une fouille en règle, ils mettaient tout le monde dehors, ne se gênaient pas pour casser… cela est arrivé à la famille de Hamad. Personne, au village, ne croit à la culpabilité des deux jeunes, de moins de vingt ans, qui seraient passés aux aveux et sont aujourd’hui dans les geôles israéliennes.

Hamad, septième d’une famille de  neuf enfants, est, comme tous les jeunes, il aime écouter de la musique, classique arabe (Oum Khalsoum), romantique (Amr Diab…), francophone (Dalila, Céline Dion, Lara Fabian et aussi du slam (Abdel Malik…) et encore MAP (Ministère des Affaires Populaires), cher aux lillois !  Le concert de MAP à Naplouse, en 2007, fut un grand moment : 5 000 spectateurs !

Il est inscrit à la médiathèque de l’institut Français (ex-CCF), il lit actuellement “ les 1001 nuits “,  et évidemment… facebook !

Il aime être avec ses amis, ils parlent de la situation de Naplouse, ville très traditionnelle, de l’univers… et des filles.

L’avenir ? “ Je l’attends avec impatience… mais la vie est belle, même avec l’occupant, pas d’autre choix ! “

Hamad : awad.hamad@hotmail.com

Genevi-ève. 16.02.2012


Actions

Informations



Une réponse à ““ TO EXIST IS TO RESIST“(5)… HAMAD”

  1. 28 02 2012
    Ahmed Saqf Naplouse (13:34:44) :

    Bon courage mon ami, Hamad. l’expérience de l’assistant de langue arabe en France est très enrichissante. j’espère que ça va aller pour toi comme pour les autres collègues qui aimeraient bien venir en France.
    je te souhaite le meilleur pour la suite.

    Répondre

Laisser un commentaire




Les Amis des Sentiers |
AMICCA |
"LE JOURNAL D'AÏDA" |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Françamérique
| CLUB AGIR-DECLIC Blagnac-Co...
| Les Secouristes Français Cr...